réussir son business avec le forum des petites entreprises 2018

SMALL BUSINESS FORUM 2018

Cher lecteur, comme annoncé précédemment, le blog va développer un nouvel axe ENTREPRENEURIAT. C’est dans cette optique que je vais te parler un peu d’une conférence organisée par la Denis & Lenora Foundation et à laquelle j’ai assisté : le Small Business Forum 2018, qui se traduit en Forum des Petites Entreprises 2018.

Avant de commencer, une mise en situation sur le pourquoi de ce forum s’impose. Au Cameroun, les PME représentent plus de 90% des entreprises du pays et emploient plus de 60% de la population. Malheureusement, 70% de ces structures n’ont pas d’existence légale.

Loin de moins l’idée de tirer sur les promoteurs. Le tissu entrepreneurial prospère dans les pays où les libertés économiques sont importantes, et sur ce plan, selon l’Institut Fraser (2017), le Cameroun est un mauvais élève.

De plus, l’heure n’est pas à la critique, mais à la proposition de solutions concrètes. Quelles sont les différentes catégories d’entreprises ? De quels moyens disposent les PME pour éclore ? Comment lever des fonds pour votre business ? Quels sont les bases nécessaires à l’établissement d’un budget ?

Autant de questions auxquelles une flopée de panélistes a essayé de répondre ce 19 septembre 2018 à la Maison Provinciale de Mvolyé – Yaoundé.

OUVERTURE ET CÉRÉMONIE D’OUVERTURE

small business forum 2018 - ceremonie ouverture

La journée devait commencer à 09h00 et… elle a commencé à 09h. Respect absolu des horaires tout le long de la conférence. Sur ce point, chapeau aux organisateurs !

Étant donné que je suis arrivé en retard (honte à moi), je ne peux pas vous parler en profondeur de cette partie.

KEY NOTE – LE PAYSAGE DES PETITES ENTREPRISES

le paysage des petites entreprises au Cameroun - forum des petites entreprises 2018

Animée par M. SCHOUAME Cyrille, représentant du Ministère des Petites et Moyennes Entreprises (MINPME), cette intervention nous a permis d’en savoir un peu plus sur les dispositifs d’appui mis en place par le gouvernement envers les PME.

J’ai ainsi appris que chaque Université d’Etat disposait d’un incubateur d’entreprises financé chaque année à hauteur de 150 millions. Que chaque année, l’économie sociale bénéficiait d’un appui financier de 500 millions non remboursables au-travers de différents programmes étatiques.

Et surtout, que le statut d’artisan recouvrait bien plus que les teinturiers, orfèvres, etc. Il s’agit de tous les métiers fait à la main : moto-taxi, coiffeur, etc.

Petite parenthèse : Avec le recul, je me dis qu’au début de mon activité de bougies de massage, j’aurai dû opter pour le statut d’artisan au lieu d’une SARL. J’aurai ainsi bénéficier de certaines exonérations fiscales et d’avantages qui auraient favorisé le développement du projet.

Le conseil de M. SCHOUAME : Avant de créer une entreprise, rassurez-vous de vraiment connaître votre secteur d’activité.

Pour illustrer ses propos, il a pris l’exemple d’une entreprise de transformation de manioc qui a coûté plus de 3 milliards de CFA pour être mise en place. Et par la suite, elle n’a jamais fonctionné la faute à une production locale insuffisante.

Le promoteur était convaincu de la viabilité du projet, mais il n’avait pas conscience du vrai pouvoir de production des fournisseurs. Il avait déduit un volume estimatif en se basant sur la face visible de l’iceberg. Et malheureusement, son estimation était fausse.

C’est pourquoi ici, je conseille à tout aspirant entrepreneur au budget restreint de débuter son business dans le secteur d’activité où il évolue déjà. Le problème avec les études de marché, les sondages, etc., c’est qu’il y’a toujours un autre aspect qui n’est pas forcément connu du public extérieur et qui fait toute la différence. Et ce, surtout dans les marchés opaques comme au Cameroun.

CONFÉRENCE – LE RÔLE DE SBEC, LES PRATIQUES DE COLLECTE DE FONDS ET DE BUDGÉTISATION POUR LES PME

 

collecte de fonds et budgetisation pour les PME - forum des petites entreprises 2018 yaounde

Pendant une vingtaine de minutes, M. NSO Maurice, le manager du Small Business Entrepreneurship Center (SBEC) nous a entretenu sur non seulement sur le SBEC, mais aussi sur le développement d’une proposition de financement.

Concernant le SBEC, c’est une initiative de la Denis & Lenora Foundation qui vise à regrouper les entrepreneurs, formalisés ou pas, et à leur donner accès à des ressources qui leur permettront de rendre leur business économiquement stables.

Concrètement, en étant membre du SBEC, tu auras accès à :

  • Des opportunités de marché ;
  • L’éducation entrepreneuriale via des conférences, des recherches, des publications, etc ;
  • Des lettres de référence pour promouvoir ta structure ;
  • Des business angels et des venture capitalists ;
  • Des facilités pour passer de l’informel au formel ;
  • Du conseil en management d’entreprises.

Si tu souhaites devenir membre du SBEC, il suffit de leur envoyer un email ou de remplir la fiche de contact disponible sur leur site web avec pour sujet : « expendable« .

Une fois cette présentation achevée, il nous a appris comment développer une proposition de financement qui tienne sur 01 seule page : résumé > statut de l’entreprise (nom, date de début, contacts, etc.) > problème > finance (comment comptes-tu dépenser l’argent ?) > budget.

Après cet échange enrichissant, s’est suivi une pause-café d’environ 30 minutes qui laissa ensuite la place à un panel pendant 1h30.

PANEL : SE CONFORMER AUX EXIGENCES ADMINISTRATIVES ET AUX COÛTS BUREAUCRATIQUES, SURMONTER LES PAIEMENTS SUPPLÉMENTAIRES ET LES TRACASSERIES

surmonter la bureaucratie - forum des petites entreprises 2018 Yaounde

Co animé par M. SCHOUAME et M. NSO, ce panel a été scindé en deux parties:

1/ SE CONFORMER AUX EXIGENCES ADMINISTRATIVES ET AUX COÛTS BUREAUCRATIQUES (M. SCHOUAME)

Il en est ressorti que les PME sont scindées en trois catégories en fonction du nombre d’employés, et de leur chiffre d’affaires (CA) annuel :

  • Très Petite Entreprise (TPE) : CA < 15 millions, 06 employés maximum ;
  • Petite Entreprise (PE) : 15 millions < CA < 250 millions, 21 employés maximum ;
  • Moyenne Entreprise (ME) : 250 millions < CA < 3 milliards, 100 employés maximum.

Ne sont considérés comme entreprises que les Entreprises Individuelles / Établissements (ETS), Société Anonyme à Responsabilité Limité (SARL) et Société Anonyme (SA). Toutes les autres formes, c’est-à-dire les Associations, les Coopératives, et l’Artisanat relèvent de l’économie sociale.

M. SCHOUAME a mis un accent particulier à rappeler à tout un chacun que grâce à la plateforme mybusiness.cm, il était possible de créer son entreprise en ligne. Dans le cas de création d’un établissement, les seules pièces nécessaires sont la photocopie de la CNI, le plan de localisation et 41.500 F CFA.

Une fois la structure crée, vient le problème de fiscalité. Que payer comme impôts ? Dans quel délai ? Et surtout, quels montants ? Afin de faciliter cet aspect de la gestion d’entreprise, l’Etat a mis en place des Centres de Gestion Agrée (CGA) dont l’adhésion octroie au promoteur deux (02) ans d’exonération de patente, un rabattement fiscal, la déclaration et le paiement de ses impôts.

2/ SURMONTER LES PAIEMENTS SUPPLÉMENTAIRES ET LES TRACASSERIES (M. NSO)

S’il ne fallait retenir que des chiffres, ce serait :

14% → C’est la hausse du prix induite par les tracasseries administratives.

80% → C’est le pourcentage que représente les Établissements au sein des entreprises crées.

M. NSO a aussi insisté sur la nécessité de se faire enregistrer au MINPME. Cela permet de bénéficier de places d’exposition dans les forums nationaux et internationaux tels que le SIAO (Salon International de l’Artisanat de Ouagadougou), AHO, …

Il a aussi brièvement parler de différents programmes d’appui à l’entrepreneuriat tels qu’Impletech. La mission de ce programme est de valoriser l’entrepreneuriat local. Pour plus de renseignements, n’hésites pas à passer à leur siège sis à Yaoundé, carrefour Intendance, au sein du Centre de l’Artisanat.

TABLE RONDE : REFORMES CLÉ POUR SURMONTER LA CORRUPTION ET STIMULER LA CROISSANCE DES PME AU CAMEROUN

stimuler la croissance des entreprises PME au Cameroun - forum des petites entreprises yaounde 2018

La dernière partie était une table ronde modérée par M. Ulrich KAMDEM, avec pour intervenants le Dr. WOUSHO Cornelius et M. NSO.

1/ REFORMES CLÉ POUR SURMONTER LA CORRUPTION (Dr. WOUSHO)

Enseignant à l’Université Américaine de Yaoundé, staff au Ministère des Arts et de la Culture, le Dr WOUSHO se fait un point d’honneur à éradiquer la corruption qui gangrène la société.

Comme il l’a souligné dans son speech, la corruption détruit la confiance, installe le désordre, et provoque une répartition inégale des biens et des richesses.

Mais attention, le corrompu n’est pas seulement celui qui reçoit le pot-de-vin, c’est aussi celui qui le donne.

Même si elle existe aussi bien dans les secteurs public et privé, la corruption se retrouve essentiellement dans l’administration et le service public. Il s’agit des détentions abusives, des checkpoints monnayables, des abus de pouvoir, du monnayage lors de la passation de marchés publics, des pots-de-vin en exploitation forestière, etc.

Des initiatives ont été faites pour endiguer ce phénomène. Dans le public, on retrouve :

  • Le Tribunal Spécial qui est en charge des agents administratifs dont les délits excèdent 15 millions,
  • L’Agence Nationale pour l’Investigation Financière qui s’occupe du terrorisme financier,
  • Et bien évidemment, la CONAC qui s’occupe de toutes formes de corruption et est disponible 24H/24, 7jours/7 gratuitement au 1517.

Dans le privé, on ne peut pas manquer la Business Coalition Against Corruption, une initiative mise en place et déployée par le GICAM.

2/ REFORMES CLÉ POUR STIMULER LES PME AU CAMEROUN

En plus de la plateforme suscitée (mybusiness.cm), les Guichets Uniques de Création d’Entreprises (GUCE) ont été à l’honneur. Ce sont des centres où vous pouvez créer votre entreprise en 48h, en un seul point. Vous déposez vos pièces, payez les frais et 48h plus tard, vous venez récupérer votre carte de contribuable et votre registre de commerce.

Une autre réforme dont il a été question est celle mise en place en 2016, et qui abaisse le capital nécessaire à la constitution d’une SARL de 1.000.000 à 100.000 F CFA. Cette réforme a pour objectif de faciliter la création de Société, qui sont plus favorables au développement économique local que les Établissements.

C’est sur ce dernier point que s’est achevée le Forum des Petites Entreprises 2018. J’espère avoir réussi à rapporter au mieux le déroulement de cet événement. Le billet fait déjà plus de 1.600 mots, alors je vais faire court.

A ton avis, quelles stratégies un entrepreneur peut-il utiliser pour favoriser le développement de son business ? As-tu de la documentation à recommander ?

J’attends tes réponses en commentaires, et surtout, SURTOUT, abonnes-toi au blog !

s'outiller avec le forum des petites entreprises 2018 - pin it!

Une réflexion sur “SMALL BUSINESS FORUM 2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s