femme et science_ CHROMOSOMES XX, SCIENCE ET DISTINCTIONS

CHROMOSOMES XX, SCIENCE ET DISTINCTIONS

Cher lecteur, mars est le mois de la femme. C’est le mois où les femmes passent de princesses à reines, et où la lumière est mise sur les initiatives féminines. Une occasion dont je profite pour te parler de deux femmes qui ont brillé dans un milieu encore très masculin : la science. Que ce soit avec un cursus académique irréprochable ou en suivant une voie plus éclectique, ces deux femmes ont inscrit à jamais leurs noms dans les étoiles. Et c’est littéralement le cas pour la première d’entre elles : Mae C. Jemison.

MAE C. JEMISON : VERS L’INFINI ET AU-DELA

Qu’on se le dise d’entrée, Mae JEMISON est l’une des personnes les plus impressionnantes qu’il est possible de rencontrer. C’est une physicienne, volontaire de Peace Corps, astronaute, actrice, professeur, CEO de deux compagnies technologiques, et bien sûr, elle parle couramment 04 langues (Anglais, Russe, Japonais et Swahili).

Rien que ça…

mae c jemison astronaute femme de science

Née en 1956 à Alabama (Floride, USA) d’un père menuisier et d’une mère enseignante, Mae Carol JEMISON est la dernière d’une fratrie de trois.

Quand elle était en maternelle, sa maîtresse lui demanda ce qu’elle aimerait devenir lorsqu’elle serait grande. Sans l’ombre d’une hésitation, la jeune Mae lui répondit : ‘Je veux être scientifique’. Son enseignante la regarda et lui rétorqua : ‘Pourquoi pas infirmière à la place ?’ Mais les dés étaient jetés, la petite Mae était sur la voie de son incroyable destin.

A 16 ans, elle obtient une bourse pour l’Université de Stanford dont elle sortira 04 ans plus tard diplômée en génie chimique et études africaines et afro-américaines. En 1981, du haut de ses 25 ans, elle devient Docteur en Médecine du Weill Medical College.

S’en suivra 02 ans en tant qu’interne au USC medical center de Los Angeles. Mais poussée par l’envie de découvrir le continent africain et souhaitant œuvrer pour les plus démunis, elle rejoindra le Peace Corps en 1983. Pendant deux ans, elle exercera la médecine dans des zones à risques, notamment à Cuba, au Kenya, en Thaïlande, au Libéria, et en Sierra Leone.

HS : selon une analyse ADN, ses ascendants seraient issus du Nigeria, de Sierra Leone, du Ghana, du Sénégal et surtout du Cameroun (team #237)

En 1987, après avoir essuyé un premier refus, elle entrera dans le programme spatial de la NASA. Son travail inclura alors des activités de soutien au centre spatial Kennedy et la vérification de logiciels. Ce n’est qu’en 1992, qu’elle participera à la mission STS-47 qui fera d’elle la première femme afro-américaine à être partie dans l’espace.

Mae Jemison STS 47 endaviour japon usa premiere femme noire dans l'espace

MaeC. Jemison a enregistré 190 heures, 30 minutes et 23 secondes dans l’espace.

En 1993, elle quitte la NASA et fonde sa propre entreprise, Jemison group Inc. La même année, elle jouera dans une série qui, de son propre aveu, a bercé son enfance et l’a motivé à aller dans l’espace : Star Trek. Elle deviendra la première astronaute réelle à apparaître dans cette série légendaire.

En 1994, elle fonde la Fondation Dorothy Jemison, ainsi nommée en l’honneur de sa mère, et qui se consacre à faire que les retombées des technologies de pointe bénéficient aux pays en voie de développement. L’une des activités phare de la fondation est le camp scientifique annuel international The Earth We Share.

De 1995 à 2002, elle enseignera les sciences environnementales à Darmoth College, et est actuellement Professeur à l’Université de Cornell.

Le Dr Jemison a reçu une vingtaine de prix et récompenses parmi lesquelles le trophée Essence (1988),  la Gamma Sigma Gamma Woman de l’année (1989), et a fait son entrée dans l’International Space Hall of Fame en 2004.

Elle réside actuellement au Texas, dans une jolie maison, avec ses chats : Sneeze et Little Mama.

Notre deuxième reine du jour est un véritable outsider. Et je dois l’avouer, j’ai eu un gros coup de cœur pour elle. Tréve de bavardages. Laisses moi te présenter: la magnétique Hedy Lamarr.

 

HEDY LAMARR : STAR DE CINÉMA, CROQUEUSE D’HOMMES, ET INVENTRICE DU GPS

Hedy Lamarr actrice inventrice star de cinéma GPS wifi

Hedy Lamarr, de son vrai nom Hedwig Eva Maria KIESLER, est née le 09 novembre 1914 à Vienne (Autriche) d’un père banquier et d’une mère pianiste.

A l’âge de 16 ans, elle fait ses premiers pas dans le monde du 7e art grâce à son compatriote, le metteur en scène Georg Jacoby, qui l’engage pour deux films et la recrute aussi en tant que scripte pour la garder près de lui. La même année, elle sera désignée par le metteur en scène de théâtre Max Reinhard comme étant la plus belle femme du monde, au moment même où les Otto Preminger et Sam Spiegel se disputent pour obtenir ses faveurs.

En 1931, Hedy Lamarr, alors âgée de 17 ans, gagne Berlin. Elle y jouera dans quelques films, tous bien accueillis du public et salués par la critique. Mais, c’est en 1933, dans Extase de Gustav Machati que sa nudité et une scène d’orgasme lui attribuèrent une réputation sulfureuse qui ne la quittera plus jamais.

hedy lamarr - actrice, croqueuse d'hommes, inventeur

Après un mariage mondain qui se soldera par un divorce, quelques liaisons et 05 ans d’absence, Hedy Lamarr signe avec le plus grand studio d’Hollywood, la MGM, pour une durée de 07 ans au cours desquelles elle interprétera une quinzaine de long métrages et où ses prestations seront maintes fois saluées par la critique.

Son livre autobiographique, Ectasy and me, a fait l’effet d’une bombe et a été nommé par Playboy comme l’une des 10 autobiographies les plus érotiques de tous les temps. Dans cet ouvrage, la star s’y attarde sur sa vie privée éclectique. De ses six mariages à ses nombreuses aventures, Hedy était une séductrice dans l’âme. Elle s’est d’ailleurs qui largement exprimée sur les hommes, souvent avec des propos incendiaires :

« En dessous de 35 ans, un homme a trop à apprendre. Et je n’ai pas le temps de lui faire la leçon. »

Mais Hedy Lamarr n’était pas qu’un joli minois, une séductrice infatigable et une actrice de talent, c’était aussi une patriote. En 1940, alors que la seconde guerre mondiale bat son plein, soucieuse des risques encourus par les soldats à cause des piratages de transmission, elle travaille à proposer une solution.

Avec George Antheil, Hedy Lamarr propose un système secret de communication pour les torpilles radio-guidées qui les rend pratiquement invisible aux yeux des ennemis. Il s’agit d’un système de transmission encore utilisé aujourd’hui pour le positionnement par satellite (GPS), les liaisons chiffrées militaires, en aérospatiale, en téléphonie mobile et même dans le wi-fi.

Afin d’aider les alliés dans leur effort de guerre, ils proposent leur invention à une association d’inventeurs, Le National Inventor Council, puis décidèrent de déposer le brevet le 10 juin 1941, en rendant cette invention immédiatement libre de droits pour l’armée américaine. Le brevet, intitulé Secret communications system (brevet des USA du n°2 292 387) du 10 juin 1941, ne fût pas (officiellement) mis en pratique immédiatement.

Ce n’est que bien plus tard, pendant la guerre du Vietnam et la crise des missiles de Cuba que l’armée américaine officialise son utilisation.

Hedy Lamarr a rétroactivement reçu le prix de l’Electronic Frontier Foundation en 1997 et a été admis (avec George Antheil) au National Inventor Hall of Fame, en 2014. 14 ans après sa mort.

Cher lecteur, qu’on se le dise, il fût une époque où il n’était guère aisé d’évoluer dans le milieu scientifique en tant que femme. Quand Mae Jemison fît part de ses ambitions professionnelles, à maintes fois, il lui a été demandé explicitement et implicitement de les revoir à la baisse. Lors de l’annonce de son invention, Hedy Lamarr a été tourné en ridicule, réduite à son physique avantageux et sa réputation sulfureuse. Mais cela n’enlève rien à leurs génies scientifiques et à l’impact qu’elles ont jusqu’à nos jours. Heureusement, de plus en plus, de voix s’élèvent pour que le travail fourni par ces figures de l’ombre leur soient attribués et reconnus à leur juste valeur. N’hésites pas à partager ton ressenti en commentaires ou sur Facebook. Et surtout, SURTOUT, abonnes toi au blog !

03 femmes qui ont marque la science

 

2 réflexions sur “CHROMOSOMES XX, SCIENCE ET DISTINCTIONS

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s