Mon expérience cauchemardesque avec l'Association des Blogueurs du Cameroun

MON EXPÉRIENCE CAUCHEMARDESQUE AVEC L’ASSOCIATION DES BLOGUEURS DU CAMEROUN (ABC) AU COLLOQUE INTERNATIONAL DES MÉDIAS

Cher lecteur,

Je suis sur le point de poser un acte que je n’ai jamais réalisé en sept ans. Et laisse-moi te dire que ce n’est pas de gaieté de cœur. Oh que non. Disons que c’est un ras-le-bol, un soupçon de frustration et une réaction (justifiée) à du vol en bonne et due forme. J’oubliais : le crime commis est accompagné de beaucoup de mépris.

Je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps.

Le 29 septembre 2022, j’ai été panéliste lors du Colloque international des médias organisé par l’Association des Blogueurs du Cameroun. Et ce fût un désastre. Si je pouvais remonter dans le temps et parler avec mon moi du passé, je lui dirais « fuis ».

L’Association des Blogueurs a fait preuve de condescendance et ne m’a pas payé. Oui… Ce regroupement qui milite pour la valorisation d’un métier du digital peu connu est un bourreau une fois les portes closes.

Cher lecteur,

Au cours des trois dernières années, j’ai été panéliste à plus d’une quarantaine d’événements nationaux, continentaux et internationaux. Plus de 40. En sept ans de blogging, jamais je n’ai pris ma plume pour écrire un avis négatif sur une quelconque organisation. Jamais.

Mais attends… Tant bientôt, tu sauras exactement pourquoi j’ai décidé de narrer à mes 15-20 000 lecteurs mensuels, à mes 1 346 abonnés sur Pinterest et aux 1 268 récipiendaires de ma newsletter mon cauchemar. Et attention, il est peu probable que tu sois prêt pour ce qui suive…

Il était une fois…

… une jeune femme actuellement Présidente du Groupement d’Intérêt Spécial sur la Sécurité en ligne de l’Internet Society. C’est de moi qu’il s’agit 😉.

L’un des volets de ce groupe de travail est la sensibilisation des internautes aux menaces encourus sur le World Wide Web. En foi de quoi, je recherche constamment des événements pour faire passer le mot.

Et c’est là qu’un jour, alors que je vadrouille sur WhatsApp, je vois un message m’informant de la tenue d’un Colloque international sur les médias. Organisé par l’Association des Blogueurs du Cameroun, le forum recherche activement des panélistes pour ses tables rondes, ses séminaires, etc.

Tout naturellement, je dépose ma candidature.

Le dimanche 7 août, la bonne nouvelle tombe : l’une des membres du SIG et moi ont été retenues pour animer un atelier.

Je vais t’éviter les demandes usuelles de biographies, photos, etc. Allons à ce qui, je le sais, t’intéresse. Dans le cadre de cette prestation, l’Association des Blogueurs du Cameroun était tenue de reverser 30 000 F CFA aux résidents de Yaoundé et 50 000 F CFA aux autres.

Comme mentionné dans la capture d’écran ci-dessous, il était question que les speakers perçoivent leurs rémunérations le jour J. Hum… C’est très loin de la réalité du terrain.

Ce qui s’est réellement passé au Colloque international des médias de l’ABC

Le 29 septembre 2022, je me suis donc rendu au lieu de l’événement, à savoir l’Africa Business Center. Bien que ma session soit programmée à 16 h, j’y étais de bonne heure afin de retirer mon badge comme demandé par l’ABC.

Justement…

Avant d’aller plus loin, je tiens à préciser qu’en amont de la conférence, l’association est revenue plusieurs fois vers moi pour des documents. Parfois, il fallait envoyer la CNI. Dans d’autres cas, il était nécessaire de rajouter des photos, etc.

À chaque fois, j’ai répondu présente.

Et encore une fois, le jour de l’ouverture, j’ai tenu à mes engagements : être là dès l’ouverture. Et ça – j’insiste dessus -, alors que je passais à 16 h.

Ma participation en tant que speaker au colloque des médias

Aux alentours de 10 h, l’Association des Blogueurs du Cameroun envoie un message dans le groupe des facilitateurs pour nous notifier d’un changement. Plus de paiement en espèces. Désormais, il faut remplir une fiche et être rémunéré par Mobile Money.

changement tarif panéliste colloque des médias

Comme je crois fermement en l’honnêteté dans la communication, j’ai envoyé un message pour souligner ma surprise. C’est un accord entre deux parties. Pas une faveur rendue à un particulier par un autre. Je pense donc que certaines décisions ne peuvent doivent pas être prises de façon unilatérale et imposées aux autres.

Peu de temps après, M. Dania Ebongue, le Président de l’Association des Blogueurs du Cameroun m’a répondu.

Réponse du président de l'Association des Blogueurs du Cameroun

Je me suis dit « ok ». Surtout que je n’avais pas de raison de douter de la bonne foi de l’Association des Blogueurs du Cameroun. Du moins, pas à ce moment.

Ce jour où l’Association des Blogueurs du Cameroun m’a volé

Moving on.

Le 14 octobre 2022, soit deux semaines après le Colloque international des médias en ligne, son Président revient vers nous. Oui, depuis les panélistes n’avaient pas été payés. Non, il n’y a pas eu d’appels pour nous tenir informés de l’avancement de la situation.

Vendredi 14 octobre 2022 à 17 h 46, le Président de l’ABC envoie le message WhatsApp suivant

Quand j’ai lu ce message, mon sang n’a fait qu’un tour. Parce que…

  • … on envoie un message WhatsApp, pas un appel. Et ce alors que WhatsApp est un mode de communication non formel, asynchrone et auquel les personnes ne sont pas connectées 24/7 ;
  • … le message est envoyé un vendredi à 17 h 46 et la date limite est fixée à dimanche, soit dans 48 h ;
  • … les êtres humains normaux planifient leurs weekends à l’avance. Peut-être qu’ils ont envie d’aller visiter des ami(e)s, se rendre au village, cotiser dans les tontines, etc. En résumé, ils ont des programmes établis de longue date ;
  • … c’est au speaker de traverser Yaoundé, Douala ou Bafoussam pour récupérer son dû dans un pays où les virements bancaires se font en ligne et où le Mobile Money est légion ;
  • … le message est plein de mépris. Grosso modo, c’est dire aux panélistes « battez-vous à nous contacter au plus tard dimanche ou bien nous ne vous remettons plus votre argent. ».

Étant donné que je me respecte professionnellement (et pas que), il était hors de question que je reste muette. Je leur ai donc envoyé la missive suivante :

Ce à quoi, le Président, M. Dania Ebongue s’est contenté de copier-coller son message précédent, façon de me dire « tu fais ou tu laisses ».

Et c’est là que l’une des facettes de l’Association des Blogueurs du Cameroun a été dévoilée au grand jour : le mépris.

Premièrement, le point focal de Yaoundé avait ses propres activités. Encore une fois, ce n’est pas surprenant. Pour rappel, le message a été posté un vendredi à 17 h 46 et il fallait se battre à caler une date durant le week-end.

Forcément, comme c’était parfaitement prédictible, des situations impromptues ont vues le jour et des panélistes se sont plaints. À chaque fois, l’Association des Blogueurs du Cameroun n’a même pas daigné légitimer leurs propos et surtout pas leur répondre. Mieux encore : le point focal agissait comme si elle rendait une faveur à des personnes défavorisées.

Et ce n’est pas tout…

Il y a une situation qui m’a outrée. Je te laisse voir de toi-même.

Je pense qu’il faut remettre les points sur les i : rétribuer des panélistes n’est pas leur rendre une faveur.

Dans le message précédent, la speaker (c’est une femme) explique qu’elle est en train de voyager et est donc hors de ville. Ce qui est parfaitement normal quand on sait que l’annonce de retrait a été faite vendredi soir.

Avec amabilité, elle demande si elle y est possible de percevoir son gain (= fruit de son labeur = sueur de son front) par Mobile Money. La réponse du Président de l’Association des Blogueurs du Cameroun : un non sec et froid.

Seigneur, le niveau d’audace ! Ou de mauvaise éducation. C’est au choix.

Un peu plus tard, un autre panéliste est venu se plaindre de cette situation absurde.

Puis le point focal de Yaoundé a exprimé ses griefs.

Et finalement, le Président est venu calmer le jeu en incitant au calme.

Puis, mardi, sans un mot et surtout pas de propositions, le Président nous a tous éjecté du groupe. C’est donner une nouvelle signification à l’expression « haut-vol » 😂.

Le fin mot de l’histoire

En une phrase : l’Association des Blogueurs ne m’a pas payé pour ma prestation.

Cher lecteur, aujourd’hui, je te partage mon expérience (avec preuves à l’appui) pour que tu ne tombes pas dans le même piège.

Si d’aventure, l’Association des Blogueurs du Cameroun recherche des panélistes, fuis. Je dis bien : fuis sans regarder derrière.

Je n’ai jamais vu une telle condescendance envers des personnes ressources de ma vie. Plus jamais je ne désire être confrontée face à un tel degré de malhonnêteté.

Si tu as un passif avec cette association, je t’en prie, les commentaires sont grand ouverts.

5 commentaires

  1. Fan2etoo says:

    cela marque clairement un manque criard dans le management des évènements.
    Et généralement n’a pas de retombées sur la personne mais sur l’événement que l’on organise.
    Avec le très peu d’expérience que j’ai dans l’organisation de ce genre c’est très médiocre.
    Tout ce que j’espère est qu’il a appris de cet échec et que la prochaine fois il fera mieux

  2. Gloria says:

    Coucou, Magali ! Je suis navrée de découvrir ce qui vous est arrivé pendant votre collaboration avec cette association. C’est aberrant et révoltant, je ne m’imagine même pas à votre place !
    En fait, si. Je m’imagine rager et signaler chacune de leurs pages en incitant tous les autres panélistes à le faire. Mais ce n’est peut-être pas ce qu’il y a de plus mature…
    Malheureusement, la malhonnêteté a gagné beaucoup trop de terrain et l’impolitesse aussi. Pour vous dire, j’ai juste dit bonsoir et merci à sympathique chauffeur en sortant de son bus l’autre jour et on m’a dit… que j’étais trop gentille. Alors que « Bonjour… merci », c’est juste la base !
    En tous cas, j’espère que les facilitateurs et collaborateurs de cette association recevront de bonnes grosses baffes de la part de la vie (en colère, moi ? pas du tout).
    P.S : Il semble qu’il y a un mot manquant dans le paragraphe avant la deuxième capture d’écran. Aussi, un même mot est utilisé deux fois au cours de la phrase.

    1. Bonsoir Gloria. Désolée pour les erreurs. Je vais m’en occuper demain matin. Moi-même je suis surprise par le déroulé des évènements.

      1. Gloria says:

        Pas de soucis 😊

        1. J’ai relu et recorrigé le texte. Encore merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *