9 signes qui prouvent que tu cherches à plaire à tout le monde et comment arrêter

9 SIGNES QUI PROUVENT QUE TU CHERCHES À PLAIRE À TOUT LE MONDE (ET COMMENT ARRÊTER)

Cher lecteur, tu as un problème. Un gros problème… Une épine si profondément enfoncée dans son échine qu’elle te gâche la vie… Tu cherches à plaire à tout le monde.

Allergique aux conflits, tu es devenu si conciliant que tu as parfois l’impression d’être dénué de personnalité. Sous ton sourire figé, ton cœur appelle à l’aide. Depuis combien de temps fais-tu taire tes valeurs pour éviter les disputes ou les « on dit » ?

Seulement voilà… À force d’essayer de plaire à tout le monde, tu as fini noyer dans un océan de larmes. Dans ta vie personnelle, ton incapacité à dire non té conduit maintes fois entre les griffes acérées de pervers narcissiques, de gigolos, de croqueuses de diamants ou de personnes muées uniquement par leurs intérêts personnels.

Au travail, le son de cloche n’est pas bien différent. Tu pourrais faire tellement mieux si tu arrêtais de laisser Gigi s’accaparer les fruits de ton dur labeur… Aujourd’hui, tu as atteint ton point de non-rupture : assez d’être écarquillé par le syndrome du Bisounours !

Sans devenir le grand méchant loup, il est temps de cesser d’être trop conciliant. Cependant, avant de plonger dans le bain, il est nécessaire d’identifier les causes du problème. Pourquoi cherches-tu désespérément l’approbation des autres ?

Pourquoi essaies-tu de plaire à tout le monde ?

Faible estime de soi.

Ces 4 mots sont la cause de ton problème. Tu n’es pas « trop gentil » ou « trop naïf » ou « inadapté à ce monde capitaliste ». Tu manques juste d’estime personnelle. Et c’est très loin d’être une fatalité.

En janvier 2019, une étude menée par Statista sur 2216 personnes a révélé que 18 % des personnes avaient une faible estime d’elles-mêmes. En transposant cette statistique à l’échelle mondiale, cela fait environ 1, 350 milliards de personnes qui se débattent avec ce mal-être.

Tu n’es pas seul. Et surtout, tu peux te sortir de ce pétrin à condition d’être honnête envers toi-même.

Généralement, cet empressement à dire « oui » est une tentative désespérée pour être acceptée dans un groupe. Par le passé, il est fort probable que tu ais subi un rejet qui t’a blessé dans ta chair. Inconsciemment, tu as décidé que ton meilleur espoir était de faire ami-ami avec tout le monde voire ceux qui t’ont brimé.

Petit à petit, sans que tu ne t’en rends compte, tu es devenu celui qui ne sait pas dire non aux autres.

Au-travers de ce procédé, tu cherches le moyen d’afficher un authentique sourire de Duchenne. Le hic, c’est que ce comportement va à l’opposé des 5 principes fondamentaux pour être heureux. N’es-tu pas épuisé par cette fuite en avant ?

Avant que tu ne te braques, je tiens à préciser mon propos. Je n’essaie absolument pas de te métamorphoser en tyran. Attention à ne pas confondre la gentillesse avec le fait le désir de plaire à la terre entière. Même Gandhi avait des détracteurs…

Le fait de poser des barrières ne signifie pas que tu es égoïste. Le désir d’être une bonne personne est louable mais ne doit pas pour autant te rendre vulnérable. Si tu caches encore derrière ces excuses pour justifier ton comportement de béni oui-oui, nous avons un problème.

As-tu de la peine à distinguer la frontière entre la gentillesse et l’abus ? Voici 9 signes qui montrent que tu essaies peut-être trop de plaire à ton entourage.  

9 signes qui prouvent que tu essaies de plaire à tout le monde

Comment appelle-t-on une personne qui dit oui à tout le monde ? Afin d’enrichir un peu le champ lexical de cet article de blog, j’ai demandé à la déité du savoir, Google, d’éclairer ma lanterne. Laisses-moi te dire que je n’ai trouvé que des termes peu élogieux. Béni oui-oui, baudet, apathique… Pas un vocable n’était élogieux.

Forcément, il est facile de comprendre que personne n’ait envie de se retrouver dans cette case. Sauf que, malheureusement, certains individus s’y sont confortablement installés sans même le savoir.

En fais-tu partie ? Si tu reconnais dans au moins six des propositions suivantes, il est temps d’effectuer quelques changements.

1. Tu es régulièrement d’accord avec tout le monde.

Actuellement, la petite planète bleue abrite en son sein un peu plus de 7,5 milliards d’êtres humains. Cela fait plus de 7,5 milliards personnalités et points de vue. Forcément, écouter poliment les opinions des autres est une compétence sociale dont on ne peut se passer.

Rien ne t’oblige à comprendre, ni à partager les valeurs des autres mais tu dois les respecter. Néanmoins, cela ne signifie pas que tu dois être d’accord avec ce qui va à l’encontre de tes valeurs.

Si tu dis constamment « oui » même quand tu penses « non », il est temps de cocher une case.

2. Tu te sens responsable de ce que pensent les autres

Cher lecteur, souffres-tu du syndrome du cavalier en armure blanche scintillante ? Tel un héros de contes fantaisistes, tu es à la recherche de la demoiselle ou du damoiseau que tu sortiras de la détresse. Tu le sais. Tu en es convaincu. C’est à toi et à toi seul qu’il incombe la lourde responsabilité de les rendre heureux.

Cesses immédiatement cette folie !

Te rends-tu compte du mal que tu te fais ? Certes, ton comportement influe sur les vies de ceux qui t’entourent mais de là à croire que tu as le pouvoir de les rendre heureux…

3. Tu t’excuses constamment

« Je suis désolé », « excusez-moi », « je vous présente mes excuses », « pardon »… Constamment en train de t’excuser, tu as fini par posséder un catalogue de formulations à faire pâlir d’envie les plus grands poètes.

Savoir reconnaître ses torts est une qualité mais trop se blâmer est un bien vilain défaut. Par peur de blesser quiconque, tu es constamment en train de présenter des excuses. Désolé de rire en dévoilant vos dents. Désolé de porter du vert alors que la plupart des personnes portent du noir. Tu n’as pas à t’excuser d’être toi-même.

4. Ton emploi de temps est surchargé

Incapable de dire non, tu passes tes weekends à travailler sur des projets pendant que les gestionnaires desdites activités se dorent la pilule au soleil. Essayant désespérément de plaire à votre entourage, tu cumules activité sur activité.

Si tu n’as pas encore subi un burnout, c’est uniquement grâce aux 05 rituels bien-être que tu pratiques quotidiennement. Jusqu’à quand ton corps te suivra-t-il dans cette course effrénée ?

5. Tu ne sais pas dire non

De tous les symptômes, c’est sans aucun doute le plus visible. Tu es parfaitement incapable de dire non. Ton cœur pense « jamais ». Ton cerveau hurle « hors de question ». Mais au moment de répondre, c’est avec un sourire de façade que tu dis « oui, bien sûr ».

Sérieusement ? N’en as-tu pas assez de systématiquement faire des compromis ?

9 signes qui prouvent que tu essaies désespérément de plaire aux autres - tu t'excuses

Cher lecteur, dire « non » ne signifie aucunement que tu es mauvais. Apprendre à répondre par la négative est un art que tout le monde ne maîtrise pas. Si tel n’est pas ton cas, ne te larmoies pas sur ton sort. Dans cet article sur comment apprendre à dire non facilement, tu trouveras toutes les clés pour enfin pouvoir garder la tête haute.

6. Tu es mal à l’aise quand une personne est en froid avec toi

Que les choses soient claires… Le fait qu’une personne X soit en colère contre toi ne signifie pas que tu ais quelque chose à te reprocher. Des fois, la vie te sépare d’un être qui t’es proche pour que tu puisses aller de l’avant.

Je sais : ce n’est probablement pas ce que tu as envie d’entendre. Et pourtant, quand tu as l’impression que tout le monde te laisse tomber, quand tu as la sensation que plus rien ne va, n’oublies pas ces 5 choses fondamentales.

Si tu ne supportes pas l’idée que quelqu’un soit en colère contre toi, il est fort probable que tu souffres d’un excès d’approbation.     

7. Tu te fonds systématiquement dans la masse tel un caméléon

Il est parfaitement normal que côtoyer d’autres personnes fassent ressortir différentes facettes de ta personnalité. Néanmoins, fais attention… Chercher à tisser des liens avec les autres ne signifie aucunement que tu dois avoir autant de visages qu’un dé a de côtés.

Avoir de bonnes relations avec son entourage est une chose merveilleuse. Cependant, prends gare à ne pas t’oublier dans le procédé…

8. Tu as besoin d’être félicité pour te sentir bien

Ressentir du bonheur, c’est se sentir bien.

Que tu sois une femme, un homme, une personne âgée ou un jeune adulte, recevoir des compliments te fait chaud au cœur. Les éloges, les mots gentils, les petites attentions… Tout ceci fait systématiquement sourire.

Cependant, veilles à ce que ces compliments ne deviennent pas ton unique référentiel. Si ton estime de soi repose uniquement sur ce que les autres pensent toi, tu risques de chercher leur approbation à tout prix. Par ricochet, tu finiras par dire « oui » à toutes les propositions.

tu as besoin d'être félicité pour te sentir bien - plaire à tout le monde

9. Tu te plies en quatre pour éviter les conflits

C’est une chose de ne pas vouloir provoquer de conflits. Cependant, éviter les disputes à tout prix peut être un signal d’alerte. Si tu as systématiquement peur de rentrer en conflit avec quelqu’un, ce n’est pas bon signe…

En évitant à tout prix de froisser les uns et les autres, tu seras incapable de défendre les personnes et les choses qui te sont chères.

En outre, tu blesses une personne qui n’est pas moins importante que les autres : toi.

Pour éviter les disputes, tu es tenu de nier ta colère, ta tristesse, ou ta déception. Pour entretenir ces relations superficielles, tu n’as d’autre choix que d’étouffer tes sentiments réels.

Comment arrêter de plaire à tout le monde ?

Cher lecteur, je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps. L’article fait déjà plus de 1 600 mots. Je sais que tu es pressé d’avoir le fin mot de l’histoire.

Pour te débarrasser de cette vilaine habitude, apprends à rester seul. C’est aussi simple que cela. En disant oui à tout le monde, tu espères être heureux. Cependant, cette stratégie ne risque pas de porter ses fruits. En effet, elle va à l’encontre de la définition du bonheur sous sa forme la plus pure.

Pour cesser de dire « oui » à tout-va, tu dois absolument prendre conscience de ta propre valeur. Tu dois être en mesure de dire « je suis assez » et pour cela, il faut que tu sois en mesure de t’affirmer dans toute sa singularité.

Cher lecteur, je pourrais parler pendant des heures et des heures des bienfaits d’apprendre à rester seul. En revanche, il n’est pas sûr que tu sois disposé à m’entendre encore déblatérer pendant plusieurs heures.

Trouvons un compromis. Je vais te glisser 04 articles qui, j’en suis sûre, t’aideront à cesser de rechercher l’approbation des autres à tout prix. Qu’en penses-tu ? Marché conclu ? Formidable !

Pour arrêter de plaire à tout le monde, je te recommande de lire :

As-tu d’autres astuces à recommander pour cesser de plaire à tout le monde ? As-tu des recommandations à faire ?

Tes commentaires sont attendus en commentaires et surtout, surtout, abonnes-toi au blog.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s